Colloque “Équilibres stratégiques et doctrine nucléaire en Asie du Sud” le Vendredi 18 mai 2018

L’Asie du Sud est confrontée à de fortes tensions régionales, et les dernières crises entre l’Inde et le Pakistan ont laissé craindre une escalade nucléaire entre rivaux. Depuis les essais nucléaires de 1998, ces États sont des puissances nucléaires. Un équilibre fébrile s’est instauré, malgré les crises dans la région du Jammu-et-Cachemire.
Depuis 1999, l’Inde a officialisé sa doctrine nucléaire, basée sur le non-emploi en premier, et le Pakistan revendique aussi une doctrine de frappe en second. Toutefois, ces doctrines pourraient évoluer avec l’émergence de nouveaux facteurs: par exemple, la doctrine «Cold
Start» ou les armes nucléaires tactiques qui ont donné lieu à de nombreux débats.
Après l’ouverture du colloque par Jean de Ponton d’Amécourt, ancien ambassadeur, président du Forum du futur, la première table ronde a développé le thème: «vers une stabilité stratégique en Asie du Sud: leçons du passé et défs d’avenir» autour d’un état des lieux de la situation géostratégique dressé par Bernard Hourcade et Jean-Luc Racine, directeurs de recherche émérites au CNRS.
La 2ème table ronde a examiné «l’évolution des doctrines nucléaires: enjeux et perspectives», s’est interrogée sur la nucléarisation du continent et les évolutions des doctrines d’emploi des armes nucléaires depuis les années 2000. Sont intervenus Rabia Akhtar, Executive Director Centre for Security, Strategy and Policy Research, University
of Lahore et Nicolas Blarel, Institute of Political Science, Leiden University. Marc Perrin de Brichambaut, ancien conseiller d’État et juge à la Cour pénale internationale assurait la médiation.
Alexandre Malafaye, président de Synopia, a conclu cet intéressant colloque où notre association était représentée par Thierry Colombier, Jean-Louis Coville, Christian Ligeour, Marileine Toinet, dans le cadre d’un nouveau partenariat avec Synopia.

Marileine Toinet
PARTAGER