Colloque “Équilibres stratégiques et doctrine nucléaire en Asie du Sud” le Vendredi 18 mai 2018

Colloque “Équilibres stratégiques et doctrine nucléaire en Asie du Sud”
Vendredi 18 mai 2018de 09h00 à 13h00
Organisé par le Think tank SYNOPIA en association avec le Forum du futur, l’Association des auditeurs IHEDN région Paris Ile-de-France, partenaire de l’événement avec la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, vous a proposé d’assister au colloque “Équilibres stratégiques et doctrine nucléaire en Asie du Sud” le Vendredi 18 mai 2018.
L’Asie du Sud reste en proie à de fortes tensions régionales, et les dernières crises entre l’Inde et le Pakistan ont laissé craindre une escalade nucléaire entre rivaux. Depuis les essais nucléaires de 1998, ces deux Etats sont de facto devenus des puissances nucléaires. Un équilibre fébrile s’est instauré mais a souvent été remis en cause par les crises dans la région du Jammu-et-Cachemire. Depuis 1999, l’Inde a officialisé sa doctrine nucléaire basée sur le non-emploi en premier, et de son coté le Pakistan revendique également une doctrine de frappe en second. Toutefois, ces doctrines pourraient être amenées à évoluer avec l’émergence de nouveaux facteurs ; par exemple, la doctrine Cold Start ou encore les armes nucléaires tactiques, qui ont donné lieu à de nombreux débats.

Aujourd’hui, la nécessité d’évoluer vers une stabilité stratégique pérenne en Asie du Sud constitue un enjeu central pour l’ensemble de la région. Mais le contexte sécuritaire et économique régional actuel permet-il l’instauration d’un tel équilibre dans un futur proche? Les protagonistes ont-ils la volonté et l’intérêt de trouver un accord de stabilité ? Et enfin, quelle forme pourrait prendre cette stabilité stratégique ?

Autant de questions sur lesquelles nous proposons d’organiser en deux temps.

Programme

8h30 – Café d’accueil
9h00 – Ouverture du colloque, par Jean de Ponton d’Amécourt, ancien ambassadeur, Président du Forum du Futur.

TABLE RONDE 1 – 9h15 / 10h45 – Vers une stabilité stratégique en Asie du Sud : leçons du passé et défis d’avenir.
Cette première table ronde dressera un état des lieux de la situation géostratégique en Asie du Sud. Parmi les thèmes abordés, figureront : les mutations économiques et sociales, le rôle et l’influence d’acteurs extrarégionaux, ainsi que les facteurs sécuritaires (terrorisme et fauteurs de trouble) et religieux (entre extrémisme et ouverture).
Intervenants :
– Bernard Hourcade, directeur de recherche émérite CNRS
– Jean-Luc Racine, directeur de recherche émérite CNRS
– Melissa Levaillant, Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS)
Modérateur : Jean de Ponton d’Amécourt, ambassadeur, Président du Forum du Futur

TABLE RONDE 2 – 10h45 / 12h15 – Evolution des doctrines nucléaires : enjeux et perspectives.
La nucléarisation du continent à partir de 1998 n’a pas empêché les affrontements entre l’Inde et le Pakistan et aujourd’hui l’instabilité régionale perdure. Les armes nucléaires restent au centre de la confrontation, mais leurs doctrines d’emploi semblent avoir évolué depuis les années 2000 avec, côté indien, des discussions sur une doctrine cold start et, côté pakistanais, une évolution vers des armes nucléaires tactiques. Qu’en est-il aujourd’hui des postures nucléaires des deux Etats et comment envisager le futur de cet affrontement stratégique ? Quelles mesures pour rétablir la confiance ? Quelles doctrines d’emploi des armes nucléaires ? Allons nous vers une nouvelle Guerre froide ? Quels sont les soutiens stratégiques du Pakistan ?
Intervenants :
– Rabia Akhtar, University of Lahore, Centre for Security, Strategy and Policy Research, Executive Director
– Nicolas Blarel, Institute of Political Science, Leiden University
Modérateur : Marc Perrin de Brichambaut, ancien membre du Conseil d’État, juge à la Cour pénale internationale

12h30 – Clôture du colloque, par Alexandre Malafaye, président de Synopia.

Lieu : Société d’encouragement pour l’industrie nationale
4, place Saint-Germain des Près, F-75006 Paris

Cette rencontre a été placée sous la règle de Chatham house.

PARTAGER