Conférence de Georges Bensoussan le 12 décembre 2017

Le mardi 12 décembre 2017: Conférence de Georges Bensoussan

“Déni du réel : L’étrange défaite qui se prépare en France”.

Comment en sommes-nous arrivés à parler du « développement d’une contre-société en opposition frontale avec le modèle culturel français » ? Que nous disent à ce sujet les données démographiques françaises récentes? Où en est le processus d’intégration et d’assimilation à la nation? Quels sont les facteurs culturels, voire anthropologiques, à côté du terreau économique et social, nous permettant de comprendre un état de désarroi que chacun s’accorde à reconnaître? Comment marier l’analyse sociale et l’analyse culturelle, essentielle pour comprendre certaines émeutes (2005), anthropologie culturelle décriée, pour la délégitimer, par ceux qui veulent y voir un « racisme masqué »?
Comment entendre qu’une partie des classes populaires vote pour le Front National dans des zones jadis acquises au parti communiste? Comment comprendre le lien entre la question de l’immigration et celle de l’insécurité culturelle dans les classes populaires et les classes moyennes? En quoi est-elle liée à un libéralisme économique qui réduit des  hommes sans racines et interchangeables à leur seul rôle de producteur et de consommateur?
L’analyse du malaise français doit embrasser ces approches multiples, en veillant à entendre le sentiment d’abandon des classes populaires (la « France périphérique »), et plus encore le mécanisme du déni formatant une vérité devenue doxa pour les classes cultivées. Et qui nourrit un terrorisme intellectuel rendant la censure obsolète tant le débat est verrouillé par la crainte du «dérapage » (par rapport à quelle norme ?).
Il s’agit de comprendre les raisons du sentiment grandissant d’étrangeté, au cœur de leur propre pays, éprouvé aujourd’hui par tant de citoyens.
La situation française n’a pas de fatalité, à la condition de nommer les maux (marchandisation des rapports humains et son enfant, la société du vide – consumérisme / productivisme / divertissement) par où s’engouffrent le radicalisme musulman, l’extrémisme politique, la croyance au complot, et d’assumer le pouvoir régalien.
Nommer la matrice culturelle de l’Islam et déconstruire la notion d’islam politique. Nommer une immigration de peuplement moins intégrée qu’hier et la relier aux fractures françaises, dont celle de la « France périphérique ». Bref, toute solution passe par le courage politique, à commencer par celui de la langue, au risque sinon de rendre plus actuel encore ce mot de Bossuet (1662): « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets des maux dont ils chérissent les causes ».

Georges Bensoussan

—–

Georges Bensoussan, agrégé d’histoire, habilité à diriger des recherches, est l’auteur notamment des Territoires perdus de la République (sous le pseudonyme de d’Emmanuel Brenner, 2002, puis 2004) et récemment d’Une France soumise. Les voix du refus (Albin-Michel, 2017).

Historien, il a publié, entre autres, Histoire de la Shoah (PUF, 1996, 6° édition 2016), Histoire intellectuelle et politique du sionisme, 1860-1940 (Fayard, 2002), Juifs en pays arabes. Le grand déracinement, 1850–1975, (Tallandier, 2012), et plus récemment Histoire confisquée de la destruction des Juifs d’Europe. Usages d’une tragédie (PUF, 2016) et Les Juifs du monde arabe. La question interdite (Odile Jacob, 2017).